Turn on javascript

flèche supérieur

Vue générale de la salle 23 Listes - Miniature Le temps c'est du désir - Miniature La réussite une notion à repeupler - Miniature Sans Titre - Miniature

Le mythe de l'artiste (2)

-

...Ce paradoxe converge avec la méprise liée à l'utilisation abusive et souvent exclusive des notions d'"interprétation" et de "création" qui feraient l'apanage de l'artiste et le désaveu du travailleur et de l'employé, dont la dimension machinale et répétitive de l'activité salariée les aurait dépourvus. Le journal "travails" initié par Nicolas Frize présenté dans la salle 15 de cette édition de SANS-TITRES, et l'œuvre générale de ce compositeur hors normes tendent à prouver le contraire. La faculté d'interprétation - à la quelle l'activité artistique accorde une grande importance nous en conviendront - s'y révèle être le fait de la grande majorité des professions contemporaines. La plupart des travailleurs interprètent avec plus ou moins d'imagination les tâches qui leur sont commandées. La personnalité des individus qui travaillent se retrouve dans la manière et la forme de ce qu'ils font, du produit qu'ils manufacturent ou du service qu'ils rendent. Le "style" n'est pas le monopole de l'artiste. Une fois encore ce que qui semble opérer une distinction en faveur de la création constitue en fait une caractéristique intrinsèque du travail et de l'action. La conception (généralisée) de l'acte créateur comme le produit indivisible d'un individu unique (et génial) joue un rôle déterminant dans la difficulté à penser l'art comme soumis aux logiques du travail. Elle trouve ses origines dans la philosophie allemande du XVIIIème et XIXème siècle dans lesquelles a baignée toute la modernité européenne. A l'origine d'un grand nombre de postulats qui perdurent encore aujourd'hui dans les discours des sciences contemporaines, dans l'opinion publique et dans les lois, cet épicentre de la pensée européenne a notamment entérinée historiquement l'équation tautologique qui se substitue aujourd'hui à toute définition de l'art, et qui pratique un amalgame total entre l'être artiste et le faire de l'art.
Ces postulats sur lesquels se sont constituées les discours et les formes modernes de l'art persistent dans les textes normatifs légaux comme les nomenclatures professionnelles françaises. Celles-ci considèrent comme artiste plasticien ceux qui "dans le domaine des arts graphiques ou plastiques, créent une œuvre originale susceptible de procurer par sa contemplation un plaisir esthétique, et reconnue comme porteuse de sa propre finalité". La définition émise par l'INSEE reproduit parfaitement l'amalgame: l'artiste n'y est pas défini par son activité mais pas la nature de l'objet qu'il fabrique, un objet ayant pour unique qualité d'être une fin en soi. Cet amalgame est à la fois une constante de la théorie esthétique et un constat objectif de l'état actuel de l'art. L'incapacité de la raison et du rationalisme encyclopédique à s'extirper de cette tautologie est assez récente et répond à aux expérimentations formelles et conceptuelles qui constituent le moteur de l'Art contemporain. Si les trois grands critères de la modernité Baudelairienne- originalité, authenticité, unicité - perdurent dans l'idéologie qui entoure et définit encore l'art aujourd'hui, collaborant tant qu'ils le peuvent avec l'anomie apparente de tout critères esthétiques ; l'hétérogénéité des formes et des objets considérés comme de l'art est telle que l'incertitude règne, aussi bien chez les individus que dans nos dictionnaires. Cette incertitude entretient la croyance en la figure d'un l'artiste totalement libre qui n'a qu'à être artiste pour faire de l'art et suivre ses pulsions transcendantales pour créer sans contraintes et sans cadres des chef-d'œuvres. Malgré les acquis relativement bien diffusées de la sociologie de l'art qui a établie depuis longtemps l'importance d'un certain nombre d'éléments (capital culturel et social, situation géographique, position dans le champ de l'art), et le rôle décisif de certains acteurs dans les mécanismes de reconnaissance et de valorisation des œuvres d'art visuel, l'idée d'un art beau reconnu universellement par tous et produit par un créateur génial persiste dans les commentaires et les imaginaires et accentue encore les difficultés pour l'entendement commun à penser la création des œuvres d'art comme un travail contraignant, soumis à des systèmes, des règles et des conventions. Comble du paradoxe, cet impensable pourrait bien constituer le paradigme privilégié pour une interprétation compréhensive et critique de la valeur intellectuelle et émancipatrice des œuvres d'art en général.

E.L

Salle 01

Éditorial

Salle 02

Les lieux du travail (1)

Salle 03

Les lieux du travail (2)

Salle 04

Le monde du travail (1)

Salle 05

Le mythe de l'usine

Salle 06

La mine (1)

Salle 07

La mine (2)

Salle 08

La mine (3)

Salle 09

La centralité du travail

Salle 10

La récolte

Salle 11

Le discours

Salle 12

Les mots et le travail

Salle 13

Le travail et les mots

Salle 14

Le chômage

Salle 15

L'interprétation

Salle 16

Désir et désillusion

Salle 17

Le sujet sans objet

Salle 18

Portraits au charbon

Salle 19

La santé mentale

Salle 20

Le monde du travail (2)

Salle 21

La valeur

Salle 22

Le mythe de l'artiste (1)

Salle 23

Le mythe de l'artiste (2)

Salle 24

Le plus vieux métier du monde

Salle 25

La dignité

Salle 26

Le revenu (de base)

Salle 27

Chercher

Salle

Nils Alix-Tabeling

Driss Aroussi

Jeanne Berger

Botto e Bruno

Charley Case

Claire Clouet

Gaël Davrinche

Coraline de Chiara

Arnaud De la croix

Aliénor Debrocq

Alain Delorme

Jacques Demarcq

Al Denton

Antoine Desailly

Marine Dricot

Edgar Kosma

Aurélien Ferret

Laura Fouqueré

Amandine Freyd

Kokouvi Dzifa Galley

Grégoire Damon

Groupe "Être sujet de son travail"

Jean-Jacques Dumont

Jeep Novak

Julie Luzoir

Benoît Mallon

Méryl Marchetti

Zoé Nehlig

Gregory Parreira

Thomas Lacoste

Mathilde Ramadier

Jesse Reno

Daniel Roblin

Stéphanie Rosianu

Andréa Poulieva

Thomas Seron

Jacques Sicard

Eric Smeesters

Stéphane Spak

Vakaarm Studio

Constantin Sunnerberg

Vincent Tholomé

Christine Van Acker

Martin Viot

Yeno Anongwi

Edwin Lavallée

-

-

Jacques Sicard - Bartleby de Maurice Ronet

Mathilde Ramadier - Berlin, Miroir brisé du travail

Edgar Kosma - BETTER LIFE ASSURANCES, le meilleur est à venir

Benoît Mallon - Cher Travail

Al Denton - Claudie wants a cracker

Gregory Parreira - Coqs

Kokouvi Dzifa Galley - Délit-ivresse

Thomas Seron - Fragments d'un paysage ferroviaire

Aurélien Ferret - Gagner sa vie, un parcours

Marine Dricot - La photo du jour

Eric Smeesters - La réussite une notion à repeupler

Claire Clouet - Le plus vieux métier du monde

Eric Smeesters - Le temps c'est du désir

Driss Aroussi - Les Chantiers

Aliénor Debrocq - Les enthousiasmes obligatoires

Grégoire Damon - Nouveaux métiers

Arnaud De la croix - Outplacement

Jacques Demarcq - Phnom poéme

Andréa Poulieva - Prostitution en Belgique : État des lieux par une travailleuse sociale

Jacques Sicard - Quelle était verte ma vallée de John Ford

Stéphanie Rosianu - Steeve

Yeno Anongwi - Sueur de dignité

Méryl Marchetti - Surprescription cognitive

Edwin Lavallée & Thomas Lacoste - Travailler les savoirs - Entretien avec Thomas Lacoste

Vincent Tholomé - VUAZ: mère au placard

(moins)

... plus

Vakaarm Studio - Bras de Fer

Jean-Jacques Dumont - Comment recycler son bulletin de salaire vierge ?

Jeanne Berger & Laura Fouqueré - Entreprise chorégraphique

Charley Case - Guide de politesse à l'attention des forces de l'ordre

Thomas Lacoste - Notre Monde : de la centralité du Travail - Christophe Dejours

Thomas Lacoste - Penser le travail, une urgence politique : Volume I La centralité du travail - Christophe Dejours

Thomas Lacoste - Penser le travail, une urgence politique : Volume II La centralité du travail - Christophe Dejours

Thomas Lacoste - Penser le travail, une urgence politique : Volume III Crise et évaluation de la valeur travail - Christophe Dejours

Thomas Lacoste - Penser le travail, une urgence politique : Volume IV Travail et Santé Mentale - Christophe Dejours

Thomas Lacoste - Penser le travail, une urgence politique : Volume V Impulser de nouvelles recherches sur le travail - Christophe Dejours

(moins)

... plus

Coraline de Chiara - A.E.

Constantin Sunnerberg - Agriculture

Gaël Davrinche - Autoportait aux chardons

Gaël Davrinche - Autoportrait aux ballons

Constantin Sunnerberg - Capitalism

Antoine Desailly - Faire Tapisserie

Constantin Sunnerberg - Idealism

Daniel Roblin - Kawak Ijen 01

Daniel Roblin - Kawak Ijen 02

Daniel Roblin - Kawak Ijen 03

Daniel Roblin - Kawak Ijen 04

Daniel Roblin - Kawak Ijen 05

Daniel Roblin - Kawak Ijen 06

Daniel Roblin - Kawak Ijen 07

Daniel Roblin - Kawak Ijen 08

Daniel Roblin - Kawak Ijen 09

Daniel Roblin - Kawak Ijen 10

Botto e Bruno - L'histoire de l'usine

Amandine Freyd - Listes

Jesse Reno - No escape from empire

Jesse Reno - Obey the tribe

Zoé Nehlig - Opportunité

Jeep Novak - RN 49 - Km 77.5

Amandine Freyd - Sans Titre

Jean-Jacques Dumont - Seau de maçon découpé

Antoine Desailly - Souffleurs

Jean-Jacques Dumont - Temps partiel

Antoine Desailly - Tickets Perdants

Alain Delorme - Totem #2

Alain Delorme - Totem #9

Julie Luzoir - Travail 1

Julie Luzoir - Travail 3

Julie Luzoir - Travail 4

Julie Luzoir - Travail 5

Groupe "Être sujet de son travail" - TRAVAILS 1 - LE CORPS

Groupe "Être sujet de son travail" - TRAVAILS 1 - LE CORPS - page centrale

Groupe "Être sujet de son travail" - TRAVAILS 2 - LE LANGAGE (1)

Groupe "Être sujet de son travail" - TRAVAILS 2 - LE LANGAGE (1) - page centrale

Groupe "Être sujet de son travail" - TRAVAILS 3 - LA PAUSE

Groupe "Être sujet de son travail" - TRAVAILS 4 - LE LANGAGE (2)

Nils Alix-Tabeling - Usine

Antoine Desailly - Usines

Constantin Sunnerberg - Wall Street

Constantin Sunnerberg - Work 01

Constantin Sunnerberg - Work 02

Martin Viot - Work in progress 1

Martin Viot - Work in progress 2

Martin Viot - Work in progress 3

(moins)

... plus

... plus